“Si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs*.” - Montaigne
Halte de voyage, je ne resterai pas à Funchal. Ici l’océan appelle, il est rempart et preuve de limite dont la ville reste une énième énigme passagère, presque laconique.Par cette autre pose, j’ai eu l’envie de recoudre un voyage précédent qui m’émerveilla tant la nature est si belle là-bas. La ville invite, par les couleurs vives de son décor et  son ciel dense d’octobre, à décrocher des histoires dont le passé rappelle que rien n’est jamais rose tout le temps. Il faut se dérober un peu du flot incessant des touristes aimables pour découvrir une sorte de souffle secret, celui d’un écho possible de la forêt-mère originelle qui attend une sorte de revanche. Ici tout est latent, une fleur,une tempête, un incendie, une inondation, tout cela m’inspire à la relève, à  l’élévation toujours provisoire.
*Funchal est aussi appelée l’île aux fleurs.
Bruno D’ALIMONTE, 10/2014

“If life is only a path, we should sow flowers* on it.”  - Montaigne

A travel stop, Funchal isn’t where I’ll stay. Here, the ocean is calling, it’s a rampart and an evidence of limits of a city that remains a fleeting mystery, almost laconic.
By this other exposure, I felt the urge to remember the patchwork of a previous trip that amazed me as nature is so beautiful there. By the bright colours of its decor and the dense October sky, the city calls out for stories whose pasts reminds us that life is not always rosy. You have to escape from the endless stream of tourists to discover a kind of friendly secret breath, one of a possible echo of the original mother-nature forest that awaits a sort of  revenge. Here everything is latent, a flower, a storm, a fire, a flood; all of this makes me think of the next generation, the always provisional elevation.
*Funchal is also called the island of flowers.

Back to Top